PARTAGER

Chaque jour, il y a environ 386 000 nouvelles bouches à nourrir. D’ailleurs, les scientifiques estiment que 1 à 100 espèces vont disparaître. Pour faire face à la crise de la biodiversité, il est important de trouver un moyen de donner plus d’espace à la nature. La migration est un facteur clé de ces extinctions. Mais comment cela va-t-il affecter la production alimentaire dans le monde ?

De nouvelles recherches ont montré que cela pourrait signifier une perte importante de nourriture. Il est devenu urgent de faire les choses correctement. Il faudra donc repenser la manière dont nous faisons l’agriculture.

Un accord équitable

La planète a perdu une surface importante dédiée à l’agriculture depuis le début des années 1990. Certains chercheurs affirment qu’elle serait plus du quart de l’espace sur terre, d’autres disent trois quarts. Cependant, la plupart semblent suggérer la moitié.

Source : Pixabay. Accroître la production alimentaire tout en préservant la planète.

Des scientifiques approuvent l’adoption d’une politique alimentaire plus responsable. De nombreuses organisations cherchent aujourd’hui un moyen de préserver l’environnement tout en produisant suffisamment pour la population mondiale. Elles mobilisent des fonds pour atteindre cet objectif. L’idée peut sembler folle, mais encore une fois peut-être avons-nous besoin d’idées folles pour rendre le monde meilleur.

L’empreinte agricole mondiale

La réalité est que la plupart des gens voudraient probablement aider à sauver d’autres espèces. Ceci semble évident. La génération future pourrait ne plus contempler ces êtres merveilleux. Mais est-il est possible de conserver la planète tout en produisant de la nourriture ? L’agriculture couvre déjà près de 37 % de la planète. Il serait donc difficile de voir comment nous pourrions mettre de côté la moitié de la planète afin de respecter les besoins des autres espèces.

Il a été révélé que la conservation des habitats naturels d’autres espèces reste la meilleure alternative pour protéger la planète. Si les agriculteurs gèrent les espaces de manière plus responsable, on peut parfaitement conserver la nature et préserver les animaux.