PARTAGER

Les agriculteurs bio se battent depuis plusieurs années pour avoir le droit de vendre et d’utiliser leurs propres semences. L’Union européenne a enfin autorisé ces pratiques agricoles, qui seront donc bientôt légales.

La vente de semences paysannes autorisée par l’UE

Jusqu’à ce vote, les espèces de fruits, de légumes et de céréales qui pouvaient être vendues sur le marché étaient toutes répertoriées dans une liste officielle. Les catalogues des semenciers ne pouvaient en contenir d’autres. Le Parlement européen vient néanmoins d’y mettre un terme en autorisant les paysans à vendre leurs propres semences. Ce geste symbolise un véritable soutien pour l’agriculture biologique traditionnelle.

semences
Crédit photo : Gala Rodriguez — Unsplash

Les variétés de fruits et légumes seront aussi bien plus diversifiées. Jusqu’à cette légalisation, les semences commercialisées provenaient essentiellement de firmes multinationales à l’image de Monsanto. Le 19 avril 2018, les eurodéputés ont décidé de mettre fin au décret de 1981, publié au Journal officiel. Ce dernier interdisait la vente des semences qui n’étaient pas répertoriées dans le cahier officiel.

Des semences biologiques bientôt sur le marché

Les semences paysannes sont celles que les agriculteurs parviennent à récupérer dans leurs récoltes. Elles ne proviennent donc pas d’un semencier. La législation va permettre aux agriculteurs de réutiliser leurs propres semences, mais aussi de les vendre. Les profits liés au commerce de semences ne seront plus uniquement destinés aux multinationales, mais à tous les producteurs.

semences
Crédit photo : Daniel Fazio — Unsplash

De ce fait, les semences bio n’auront plus besoin d’être référencées au catalogue des semenciers. Les producteurs seront totalement libres de créer leurs propres variétés. Le problème de biodiversité devrait aussi se régler. En effet, Le Figaro révèle que les trois quarts des aliments du monde proviennent de cinq espèces animales et douze espèces végétales. Les producteurs devront néanmoins attendre 2021 pour que la législation entre en vigueur. À partir de cette date, la reproduction végétale de matériel hétérogène biologique sera autorisée.

Source :

Demotivateur