Lora Haddock, PDG de la société Sex Tech, devrait dévoiler un prototype du dispositif primé de son entreprise, semblable à un vibromasseur, au CES cette semaine. Mais presque aussi rapidement que la Consumer Technology Association (CTA) a remis à la société le prix de l’innovation CES, Lora a révoqué l’honneur et l’espace de la société dans le salon.

Haddock a déclaré que la décision du CTA présentait une attaque contre tout produit conçu pour la santé sexuelle, le plaisir et l’autonomisation des femmes. Elle pense que leur décision est complètement arbitraire et capricieuse.

Une technologie assez particulière

Le vibromasseur, qui utilise une technologie micro-robotique, aurait rejoint d’autres sociétés de technologie du sexe, notamment ohMiBod, qui produits des sextoys, et Naughty America, spécialisé dans la conception de produits liés au sexe.

Voici les meilleures technologies du sexe en 2018 :

Haddock a été informée il y a environ deux mois que sa société basée en Oregon perdrait son prix et que le produit serait banni du salon. Une porte-parole du CTA a expliqué dans un communiqué envoyé par courriel mercredi que l’appareil ne correspondait à aucune catégorie de produit existante. Selon Haddock, le CTA a déclaré à la société que tout produit considéré comme immoral, obscène, indécent, profane ou ne correspondant pas à l’image de CTA serait disqualifié.

Un exemple de sexisme

Haddock a indiqué que l’incident était un exemple de sexisme et de préjugés sexistes dans une industrie qui a été critiquée ces dernières années pour avoir favorisé les entreprises dirigées par des hommes.

Ceci est juste le symptôme d’un très, très gros problème dans le monde de la technologie, a affirmé Haddock. Même si le CTA a annulé son prix, le groupe a remporté le prix IHS Markit Innovation Award dans la catégorie robotique et drones, présenté lors de l’événement multimédia ShowStoppers mardi.