PARTAGER

L’ex-président des États-Unis Barack Obama vient de donner sa première interview depuis qu’il a cédé son poste. L’un des messages principaux de son discours vise les réseaux sociaux et leur mauvaise utilisation.

Barack Obama met en garde contre l’utilisation des réseaux sociaux

L’interview a eu lieu sur la Radio 4 de la BBC. C’est le prince Harry en personne qui l’a menée. Obama a donc pu y faire mention de ses attentes en matière de nouvelles technologies. Selon lui, il est essentiel de les utiliser de façon à « permettre une multitude de voix, une diversité de points de vue ». Et le tout, sans devoir diviser les pays et leurs populations.

Obama
Barack Obama. Crédit photo : CC0 License – Pexels

En clair, son message principal vise les réseaux sociaux. Il fait donc mention de notre mauvaise utilisation de ces derniers ainsi que d’Internet. Pour cela, il évoque les conséquences négatives qui en résultent, et fait notamment mention de la diffusion de fausses informations.

Trouver une solution afin de faire émerger un espace commun sur le web

Barack Obama reste convaincu que les personnes à responsabilités doivent se donner pour mission de trouver des solutions permettant de créer un ou des espaces communs sur Internet. Et ce, même s’il émet quelques doutes sur la capacité des gouvernements à instaurer une législation qui puisse produire ce résultat.

obama
Crédit photo : Nordwood Themes – Unsplash

L’ex-président a ensuite évoqué les impacts néfastes que les fake news (fausses informations) peuvent avoir. Et notamment lorsqu’elles sont diffusées sur les réseaux sociaux. En effet, il pense que la popularité de la candidate Hillary Clinton a été entachée par ce genre d’informations durant sa campagne. Et, pour finir, on pense également à l’utilisation controversée et quelque peu abusive des réseaux sociaux (et particulièrement de Twitter) par le nouveau président Donald Trump.

La chaîne CNN vient tout juste de révéler que les tweets du président se retrouvent au cœur de diverses affaires. On retrouve ainsi celle de la politique d’immigration, de la gestion du dossier russe et bien d’autres encore.

Source :

Kulturegeek

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar