PARTAGER

À Paris, et dans d’autres grandes villes, les installations anti-SDF se multiplient. Comme certaines associations, des sans-abri tentent de dénoncer leur situation, comme Christian Page via son compte Twitter.

Un « SDF 2.0 » qui dénonce et se fait entendre sur Twitter

Christian Page se décrit lui-même comme un « SDF 2.0 » et dispose d’un compte Twitter qui comprend plus de 15 000 abonnés. Il l’utilise notamment pour dénoncer la situation et les conditions de vie des sans-abri de la capitale française. Sa notoriété sur le réseau lui permet ainsi de faire entendre et comprendre la situation difficile dans laquelle ces personnes se trouvent.

Le jour de Noël, il a publié une photo sur le réseau social, qui a ensuite été retweetée plus de 2 000 fois. La photo montre un dispositif anti-SDF installé sur des grilles d’où s’échappe la chaleur du métro. Les sans-abri s’y installent généralement pour se réchauffer et lutter contre les températures très froides de l’hiver.

Une enquête ouverte par la mairie de Paris

Ce signalement a fait beaucoup de bruit, si bien que la mairie de Paris a décidé d’ouvrir une enquête. La municipalité a d’ailleurs expliqué que ces barrières étaient installées depuis maintenant sept ans, et qu’elles avaient bel et bien pour objectif d’« éviter les squats ». Anne Hidalgo, la maire actuelle de Paris a demandé à ce qu’elles soient retirées immédiatement. Elle n’était alors pas en poste à l’époque où elles avaient été mises en place.

sdf
Crédit photo : dispositif anti-sdf – wikimedia.commons

Le mercredi 27 décembre, les barrières ont bien été enlevées, aux alentours de la mi-journée. Grâce à son tweet, le « SDF 2.0 » a permis à certains de retrouver un peu de chaleur durant cette époque difficile. Christian Page poursuit les dénonciations de ces installations. Le 26 décembre, il avait déjà publié un nouveau tweet. Il y dénonçait un dispositif de même nature devant une banque d’un autre arrondissement de la ville.

Source :

Demotivateur