PARTAGER

Selon une étude menée par les chercheurs de l’Université de Rochester (aux Etats-Unis), des cours commençant trop tôt, pour des adolescents, pourraient engendrer plus de risques d’apparitions de troubles mentaux.

Un impact important sur la santé mentale

En France, selon les écoles et les cursus, les adolescents doivent être en cours entre 8h00 et 8h30. Certains ont plus de chance – et commencent plus tard – et d’autres commencent bien plus tôt.

L’étude menée par ces chercheurs tend à démontrer que les adolescents, dont la journée commence avant 8h30, ont plus de risques de développer diverses symptômes. On retrouve – en tête de liste – les syndromes d’anxiété et de dépression.

Des résultats similaires, même si les élèves sont couchés tôt

Cette étude a été menée grâce à un échantillon de 197 adolescents âgés entre 14 et 17 ans. Ces ados ont complété un questionnaire, dans lequel ils indiquaient plusieurs éléments : heure du coucher, heure du lever et heure du début des cours. Plusieurs autres questions visaient à identifier des signes d’anxiété ou de dépression.

Il a ainsi été révélé que, même si les adolescents faisaient leur possible pour avoir une bonne nuit de sommeil (en se couchant tôt), cela ne changeait rien. Ainsi, même avec une nuit de 8h à 10h, une présence des écrans réduite, avant le coucher et une restriction de la caféine, les résultats restent les mêmes. Si les cours commençaient trop tôt, des signes d’anxiété étaient présents. Avant et après 8h30, la différence entre les symptômes est plus nette.

Cela peu s’expliquer par le fait qu’un cours qui commence trop tôt, ajoute une pression supplémentaire, même inconsciente. Ne serait-ce que la peur d’arriver en retard. C’est d’ailleurs cette pression du lever qui semble être au cœur de l’apparition des différents symptômes d’angoisse.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz