Accueil Le saviez-vous ? Une démarche inhabituelle marque des souris avec des mutations liées à l’autisme

Une démarche inhabituelle marque des souris avec des mutations liées à l’autisme

72
Source : Pixabay. Une nouvelle méthode pour essayer de remédier à l'autisme.

Les modèles murins de deux conditions génétiques liées à l’autisme montrent des anomalies dans leurs schémas de mouvement. Les résultats pourraient aider les scientifiques à remédier aux déficiences motrices qui accompagnent souvent l’autisme.

Les recherches sur les souris sont un moyen très prometteur d’envisager le développement de la marche d’une manière génétiquement informative et à haut débit. Beaucoup d’autistes ont des problèmes de motricité. Toutefois, personne n’a vraiment examiné cette évolution du développement d’une manière très standardisée pour voir comment se produisent ces changements de démarche.

Les aspects de la neurofibromatose de type 1

Les souris de l’étude récapitulent les aspects de la neurofibromatose de type 1 (NF1) ou du syndrome de Williams, deux affections liées à l’autisme. La NF1 est caractérisée par des tumeurs bénignes et provient de mutations dans un gène du même nom. Les personnes atteintes du syndrome de Williams, dépourvues du chromosome 7, sont souvent hypersociales et présentent des retards de développement.

Ci-dessous une vidéo en anglais expliquant la NF1 :

Le syndrome de NF1 et le syndrome de Williams peuvent provoquer des problèmes moteurs. Les chercheurs ont analysé la démarche de 26 souris présentant des mutations de NF1 et de 13 souris présentant des délétions de Williams depuis le sevrage jusqu’à l’âge adulte.

Des résultats surprenants

Ils sont utilisé le système d’imagerie DigiGait pour enregistrer des vidéos, capturer des images numériques d’empreintes de pattes et extraire des informations sur la démarche pendant que les souris couraient sur un tapis roulant motorisé.

C’est un très bon moyen de relever les différences très subtiles dans les caractéristiques de la démarche dans l’espace, le temps et la posture. Les chercheurs ont constaté que les souris NF1 prenaient plus de temps que les souris classiques. Ils montrent également des différences dans le calendrier du cycle de la démarche, passant plus de temps dans la phase de posture lorsque la patte est en contact avec le sol.

Source :

SpectrumNews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here