PARTAGER

Contrairement à d’autres pays, la Suisse donne régulièrement à ses électeurs un droit de parole direct sur les grands et petits problèmes, parfois très bizarres. Un référendum a eu lieu récemment dans le pays concernant la subvention des agriculteurs. Ceci permet de déterminer la part des agriculteurs qui ne prennent pas soins de leurs vaches et de leurs chèvres.

Pour réaliser un référendum, il faut obtenir 100 000  signatures. De tels votes peuvent avoir lieu plusieurs fois par an. Certaines propositions concernent le travail de groupes d’activités qui cherchent à sensibiliser, même si la victoire leur échappe. En voici quelques exemples qui ont fait sourciller l’histoire récente de la Suisse.

L’or et l’immigration en Suisse

En novembre 2014, plus de trois quarts des électeurs ont rejeté une proposition visant à imposer à la banque centrale suisse de détenir un cinquième des réserves en or. Cela aurait obligé la banque nationale à acheter d’énormes quantités d’or au cours des cinq prochaines années, ce qui ferait probablement grimper son prix mondial.

Voici une vidéo montrant le référendum sur l’or en Suisse :

Le même mois, l’initiative « Ecopop » visait à limiter l’immigration à 0,2 % de la population suisse totale, qui est d’environ 8 millions de personnes. Ainsi, le pays ne pourrait accueillir que 16 000 immigrants par an.

Des manifestations pour tous

En juin 2016, les électeurs ont adopté une proposition visant à garantir à tous les Suisses un revenu de base inconditionnel, garanti par l’État. Les experts ont estimé qu’un minimum d’environ 2 500 euros par mois était nécessaire pour vivre aisément dans le pays, où la loi exige une assurance santé dans le secteur privé et le coût de la vie est extrêmement élevé.

Les critiques ont averti que le gouvernement allait faire exploser le budget de l’État. Ils ont d’ailleurs gagné, car plus de trois quarts des électeurs ont rejeté cette idée. Les partisans ont reconnu que ce projet était peut-être en avance sur son temps.

Source :

NJHerald