PARTAGER

Une équipe de recherche a découvert une nouvelle espèce inhabituelle d’oiseau chanteur. L’oiseau a été nommé Phylloscopus rotiensis Rote. L’université nationale de Singapour a pu décrire cette nouvelle espèce d’oiseaux. Ceci a été possible grâce à la collaboration de cet établissement avec l’institut indonésien des sciences.

Cette nouvelle espèce de paruline à feuilles, au bec exceptionnellement long, a été découverte pour la première fois sur l’île de Rote, en Indonésie. Cet endroit est d’une superficie de 1 200 km² située dans l’est du pays. Il se trouve à environ 12 km au large de Timor et à 500 km au nord-ouest de l’Australie.

Une île avec diverses espèces d’oiseaux

L’île est connue pour être une destination très prisée des oiseaux. D’ailleurs, on y a également découvert de nombreuses autres espèces encore méconnues. Il y a notamment la Rote Myzomela. La présence du Phylloscopus a été constatée pour la première fois en décembre 2004 par le docteur Colin Trainor de l’université Charles-Darwin, en Australie.

Voici la liste de 55 espèces d’oiseaux observés sur une période de 4 ans :

En juillet 2009, M. Philippe Verbelen et Mme Veerle Dossche, deux ornithologues belges, ont présenté des observations détaillées et obtenu une série de photographies de l’oiseau. M. Verbelen a déclaré que l’alarme s’est déclenchée lorsqu’ils ont réalisé à quel point la forme du bec et la couleur de l’oiseau étaient radicalement différentes de celles de tous les autres.

Pourquoi un tel bec ?

La nouvelle espèce fait partie d’un groupe important d’oiseaux asiatiques, mais elle est unique en raison de sa taille inhabituellement longue. Cette étrange forme de bec est probablement une adaptation aux paysages secs de Rote.

Des comparaisons utilisant des données pangénomiques recueillies par séquençage de nouvelle génération ont en partie facilité la description scientifique. C’est peut-être la première fois qu’une nouvelle espèce d’oiseau a été décrite en partie sur la base de données génétiques à l’échelle du génome.

Source :

ScienceDaily