PARTAGER

Le véganisme est un concept qui séduit de plus en plus d’adeptes en France. D’ailleurs, on assiste aujourd’hui à une véritable révolution dans le domaine alimentaire. Soucieux de leur santé ou encore fâchés contre les agriculteurs qui ne respecteraient pas les animaux, certains Français se tournent de plus en plus vers ce mode de vie.

La ville de Calais est souvent liée à des troubles à l’ordre public ces dernières années. Des altercations avec les forces de l’ordre sont souvent relayées par les médias. Outre les problèmes de migrants, Calais est aujourd’hui confronté à un nouveau dilemme. Des chasseurs et des agriculteurs chercheraient en effet à se venger des végétaliens.

Un festival végétalien annulé à Calais

Selon un conseiller municipal de Calais, la ville portuaire est confrontée à une nouvelle menace : une alliance d’agriculteurs et de chasseurs cherchant à prendre leur revanche sur les végétaliens. Le risque était tel que le conseil municipal a décidé d’annuler un festival végétalien qui devait se tenir dans le centre-ville le 8 septembre.

Ci-après une vidéo relatant cette nouvelle :

Les affrontements entre les végétaliens, les fournisseurs de viande et les bouchers font rage dans le nord de la France. Jusqu’à présent, ce sont les végétaliens qui ont attaqué, vandalisant plusieurs boucheries dans la région et ailleurs ces derniers mois.

Les choses sont en train de s’envenimer

Après les nombreuses attaques perpétrées par les végétaliens, la fédération française des bouchers a lancé un appel à la protection de la police. Le bureau du maire de Calais a indiqué que face à toutes ces agitations, il était préférable d’interdire cet événement.

Aucun détail n’a été fourni concernant la réplique des bouchers, mais le bureau du maire a affirmé que les autorités avaient pris connaissance d’une série d’opérations visant à créer des troubles dans la région. L’association qui organise le festival, était plus précise quant à l’origine des menaces. Elle a déclaré sur sa page Facebook que les chasseurs et les agriculteurs s’étaient rassemblés pour faire des menaces très claires sur ce qui pourrait arriver si l’événement était organisé.

Source :

Telegraph