PARTAGER

Rappelez-vous, le 27 juin dernier, nous vous indiquions que la Confédération française de la boucherie avait fait parvenir une lettre au ministre de l’Intérieur. Dans cette dernière, elle demandait à ce que les bouchers, charcutiers et poissonniers disposent d’une protection judiciaire contre les actes de vandalisme commis par des végétaliens extrémistes.

Dans la nuit de dimanche à lundi, ces derniers ont encore frappé et un nouvel établissement a été vandalisé pendant la nuit.

Une boutique taguée et caillassée par des militants vegan

L’attaque a eu lieu dans les Yvelines, dans la petite commune de Jouy-en-Josas, aux alentours de trois heures du matin. La vitrine a été caillassée et taguée du slogan « stop au spécisme ». Les coupables ont rapidement été identifiés et appréhendés par les forces de l’ordre.

Source : pixel2013 – Pixabay

L’« antispécisme » est un mouvement de pensée vegan selon lequel les hommes et les animaux devraient se trouver sur un même pied d’égalité. De ce fait, les animaux ne devraient pas être exploités ou mangés. Certains extrémistes ne supportent pas que des bouchers vendent de la viande et que d’autres citoyens en consomment.

Sept boucheries vandalisées dans les Hauts-de-France

Malheureusement, cet acte de violence est loin d’être isolé. Ces derniers mois, on dénombre pas moins de 7 attaques visant des boucheries, poissonneries ou charcuteries dans les Hauts-de-France. Certains bouchers disent également recevoir des insultes et agressions verbales régulièrement.

Le mode opératoire semble toujours être le même. Les extrémistes attendraient la nuit pour agir, puis ils vandaliseraient les lieux avant de les taguer. La mention « stop au spécisme » a d’ailleurs été retrouvée plus d’une fois sur la façade des établissements dégradés.

Source : PublicDomainPictures – Pixabay

De ce que l’on sait, le boucher de Jouy-en-Josas a porté plainte auprès du commissariat de Vélizy. Bien que les coupables aient déjà été identifiés, une enquête a été ouverte et confiée à la sûreté urbaine de Versailles.

Source :

20 Minutes