PARTAGER

Ça n’arrive pas tous les jours et, franchement, on ne peut s’empêcher de sourire. Ces faits peu communs se sont produits au Portugal et ont été relayés avant-hier, mardi 21 août, par le journal français 20 minutes. Une œuvre très conceptuelle d’Anish Kapoor, un Britannique dont une exposition à Versailles avait été fortement controversée il y a quelques années, a provoqué la chute et l’hospitalisation d’un visiteur.

Un trou dont il se souviendra…

Anish Kapoor est un artiste plasticien contemporain de nationalité britannique, né en Inde à Bombay. Il est habitué aux productions très conceptuelles ou bien provocantes. Il se trouve que sa création Descent into limbo est exposée à Porto, au musée d’art contemporain, dans le cadre de l’exposition Works, thoughts and expriments of Anish Kapoor. Celle-ci s’est avérée nettement plus dangereuse que la contemplation d’une toile de Pigcasso par exemple.

Voici une présentation vidéo, datant de 2013, de l’œuvre d’art du drame :

Concrètement, sous ce nom énigmatique, vous trouverez en fait un trou noir de deux mètres de diamètre. Le prospectus de la visite évoque un « puits », dont la profondeur équivaut à l’« imagination » du spectateur. Manque de chance, un retraité italien, présent en touriste, n’a pas localisé cette œuvre dans la pièce où elle se trouvait… Et il est tombé dedans.

Une chute de deux mètres cinquante

En fait, la profondeur du trou était bien palpable. Il faisait ni plus ni moins que deux mètres et demi, ce qui commence d’ailleurs à faire. On comprend alors le caractère spectaculaire de la chute d’un Italien sexagénaire qui ne s’attendait pas du tout à choir. Il a dû être hospitalisé, même s’il a depuis pu récupérer ses forces et penser à rentrer chez lui (d’après la direction du musée).

Cette actualité aura eu le mérite de faire rire la planète entière :

On pourrait croire à un coup de communication ou à une forme de publicité, mais ça n’est pas le cas. L’accident a forcé le musée d’art contemporain de Porto à fermer l’accès à Descent into limbo jusqu’à ce qu’un véritable périmètre de sécurité (ou un avertissement) soit pensé.

L’art contemporain, s’il peut donner le vertige, n’est donc pas sans danger… De mauvaises langues diront que ce touriste est tombé dans le vide absolu d’un art qui se mord la queue : nous vous laisserons trancher !

Source :

20 minutes