PARTAGER

Malheureusement, en France, beaucoup de jeunes commencent à fumer par défi. Le prix des cigarettes ne cessant d’augmenter, celui du cannabis de contrebande ne paraît plus aussi ubuesque que par le passé. En outre, la négligence de certaines générations de parents irresponsables entraîne des conséquences stupéfiantes. De fait, sur ces quatre dernières années, on compte trois fois plus d’enfants français intoxiqués au cannabis

Deux cents intoxications au cannabis chez les petits anges blonds

C’est le constat chiffré incroyable fait par l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) auprès du Figaro pour la période 2015-2017. Cette statistique est tout simplement trois fois supérieure à celle observée pour les années 2010 à 2014. Ce phénomène grandissant devient de plus en plus inquiétant. Au mois d’avril, un bébé âgé de neuf mois était touché :

Bien entendu, il ne s’agit pas d’enfants fumeurs volontairement drogués. En réalité, ce sont à chaque fois des accidents : les parents sont dealers ou toxicomanes, et leur enfant mal surveillé a un jour l’occasion de manipuler des barres de la substance illicite. À un jeune âge, toute progéniture aime attraper tout ce qui lui passe sous la main… puis le passer dans la bouche. Dans ce contexte, un accident est vite arrivé.

Des intoxications dues au THC ?

D’après l’ANSM, le cannabis vendu sous le manteau en France afficherait des teneurs en THC de plus en plus importantes les années passant. C’est à cette substance qu’elle impute avant tout les intoxications, auxquelles les jeunes enfants sont bien entendu davantage vulnérables. Cet élément psychoactif aurait tout bonnement été multiplié par trois en l’espace d’une décennie, pour représenter près d’un quart du cannabis. Malgré tout, le regard de nombreux Français sur le sujet aurait changé ces derniers temps :

Sur l’année 2014, il faut savoir que sept intoxications constatées sur dix étaient intervenues sur des enfants de moins d’un an et demi, aussi fou cela puisse-t-il sembler. Aujourd’hui, les cas déclarés concernent toujours des mineurs aussi jeunes. Heureusement, aucune mort n’est officiellement à déplorer. Il y a cependant eu des dommages importants, comme des comas, des convulsions et des insuffisances respiratoires. Le pronostic vital est de plus en plus souvent engagé, tandis que la santé des enfants accidentés peut être impactée sur le long terme.