PARTAGER

L’aloe vera est très apprécié dans le milieu du soin et de la beauté, pour tous les bienfaits qu’il apporte à la peau. Cependant, selon de récentes recherches, les feuilles fraîches pourraient devenir dangereuses pour la santé d’un individu, surtout si sa chair extérieure est consommée et utilisée. Une évaluation des risques a été commandée par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (ou DGCCRF).

Un effet laxatif et cancérogène

Selon de récentes observations de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (ou Anses), les feuilles fraîches d’aloe vera pourraient constituer un danger pour la santé après la consommation. Ces dernières sont généralement appréciées pour leur côté très détoxifiant. L’élimination des toxines est en effet reconnue comme étant efficace.

Source : casellesingold – Pixabay

Cependant, la face extérieure sécrète un liquide de protection de couleur jaune. Ce dernier est riche en hydroxyanthracéniques. Ces molécules particulières ont un effet très laxatif sur le corps (attention donc à la déshydratation). Par ailleurs, elles sont également susceptibles d’endommager l’ADN, ce qui augmente les risques de développer un cancer dans le futur.

Des précautions à prendre avant la consommation

Si vous souhaitez consommer des feuilles fraîches, vous devez pouvoir éliminer toute trace de ce latex jaune produit par la plante, même quand ses feuilles sont déjà coupées. Vous devez ainsi enlever ce liquide, de même que le gel qui peut se former sur la partie extérieure de la feuille. D’un point de vue général, on recommande simplement de ne consommer que la chair intérieure de la feuille.

Source : SpencerWing – Pixabay

Enfin, il est déconseillé aux femmes enceintes, aux femmes allaitantes, aux personnes fragiles et aux enfants de consommer des feuilles fraîches d’aloe vera, mais également d’éviter les gels déjà préparés. Il ne semble actuellement pas y avoir de risques pour les produits à base d’aloe vera sous forme de crèmes, de poudres ou de gélules.

Source :

Le Parisien