PARTAGER

Depuis le début de l’année, trois personnes sont mortes, victimes des complications de la rougeole. La dernière en date est une adolescente de 17 ans. Un jeune homme de 26 ans est décédé en juin, tandis que la première victime était une mère de famille de 32 ans. Sa mort est survenue en février. La rougeole est une maladie grave dont la mortalité était quasi inexistante ces dernières décennies. Comment expliquer un tel retour en force ?

Un virus très contagieux

La rougeole est une maladie qui provoque de lourds symptômes grippaux ainsi que des éruptions cutanées. Dans la plupart des cas, le virus se résorbe de lui-même. Cependant, il peut se compliquer et provoquer de graves symptômes (pneumonie sévère, otite, inflammation du cerveau…) pouvant mener jusqu’à la mort.

Source : Semevent – Pixabay

Au vu de sa dangerosité et de son caractère contagieux, la vaccination de cette maladie est devenue obligatoire sur le nourrisson le 1er janvier 2018. Le vaccin permettrait aujourd’hui d’être bien protégé contre la rougeole (dans 9 cas sur 10). Cependant, bien que le virus soit enrayé par l’injection, il continue tout de même de progresser dans la population. Ainsi, une personne n’ayant pas pu être vaccinée à cause d’une contre-indication (grossesse ou déficit immunitaire) peut être contaminée.

Une couverture vaccinale insuffisante en France ?

Il y a également un élément à prendre en compte et c’est la couverture collective. Quand une personne se vaccine, elle se protège elle-même de la maladie, mais elle protégerait également les autres (et notamment ceux qui ne peuvent pas être vaccinés). Ainsi, au sein d’une population non immunisée, un malade peut contaminer jusqu’à 18 personnes, ce qui n’arriverait pas s’il était vacciné.

Source : DarkoStojanovic – Pixabay

Pour parvenir à une protection de groupe satisfaisante, les médecins recommandent une couverture vaccinale de 95 %. Nous en sommes actuellement bien loin, car le taux de vaccination oscille entre 62 et 88 % selon les départements. Depuis novembre 2017, on recense 2 500 cas de rougeole et, dans 9 cas sur 10, le malade n’était pas vacciné.