PARTAGER

Les professionnels de santé sont toujours plus nombreux à se former à la pratique de l’hypnose. Les patients sont aussi plus souvent amenés à la solliciter. Dans quels cas peut-on y avoir recours ?

L’hypnose se pratique dans plusieurs domaines

Aujourd’hui, différents domaines considèrent la pratique de l’hypnose comme des soins complémentaires. Elle peut être utilisée pour les anesthésies légères, mais aussi pour les endoscopies, les otoplasties, les ponctions lombaires et même pour la chirurgie permettant de recoller les oreilles. Mais elle ne fait généralement pas de miracle. L’hypnose est donc le plus souvent accompagnée d’une anesthésie locale ou d’une dose de sédatif.

Un reportage Arte sur les pouvoirs de l’hypnose :

Il faut savoir que les professionnels qui ont recours à l’hypnose le font pour compléter un traitement. Mais on ne peut pas remplacer des soins par une séance d’hypnose, même si elle pourrait selon certains se montrer très utile et efficace. Ainsi, les professionnels formés à cette pratique sont de plus en plus nombreux et la proposent plus régulièrement aux patients.

Les addictions contrées par la pratique de l’hypnose ?

Si elle est utilisée en complément de soins, l’hypnose pourrait aussi être employée pour lutter contre certaines formes d’addiction. La plus courante est le tabac. L’hypnose permet de réduire la dépendance psychologique d’une personne à la cigarette. Des suggestions sont alors faites au cerveau comme le désir d’être libre, de respirer à nouveau et le dégoût de la substance.

hypnose
Crédit photo : Sunrise – Unsplash

Dans des cas moins récurrents, les professionnels ont recours à l’hypnose pour lutter contre les phobies et d’autres addictions. Mais certaines (alcool et drogues notamment) s’accompagnent de soins adaptés. L’hypnose peut difficilement en venir à bout seule. En règle générale, une véritable séance d’hypnose dure trois quarts d’heure. Mais elle n’est pas réglementée par le Code de la santé publique. De ce fait, l’hypnose n’est pas remboursée par la Sécurité sociale.

Source :

Francetvinfo