PARTAGER

Imaginez-vous revenir sur les bancs de l’école. Tout à coup, du jour au lendemain, votre professeur de français… devient une femme. Il ne s’agit plus de l’appeler « Monsieur », mais « Madame ». Cela de quoi surprendre et, si ce n’est pas courant, ça arrive. C’est ce que nous montre une actualité toute fraîche, qui nous vient de la région parisienne.

22 mai 2018 : une date pas comme les autres

Le grand changement s’est produit le mardi 22 mai 2018, soit en pleine année scolaire et en milieu de semaine. Une petite surprise annoncée le vendredi précédent et à laquelle ne s’attendaient probablement pas les élèves ! Quoi qu’il en soit, ce jour-là, un professeur de français s’est mis à s’habiller… en femme (son appareil génital et son ADN sont en revanche encore masculins). Il explique amorcer une procédure de « changement de genre » : les collégiens sont donc désormais sommés de l’appeler « Madame » et non plus « Monsieur », comme ils en avaient l’habitude.

Ces faits peu communs se sont passé à Savigny-le-Temple, en Seine-et-Marne, au sein du collège de la Grande du Bois. La chose avait tout de même été préparée, mais pas très longtemps en amont. En effet, la direction avait préparé le terrain auprès des parents le vendredi 18 mai dernier seulement ! Cela se comprend, car l’enseignant « transgenre » est un contractuel intervenant en 4e et en 6e : l’établissement a préalablement préféré demander l’accord du rectorat, c’est-à-dire de ses supérieurs hiérarchiques au sein de l’Éducation nationale.

Un changement qui ne passe pas inaperçu

La chose n’étant pas très courante, la direction de l’établissement a souhaité préparé l’ensemble des classes et des collégiens. En cas d’interrogations, les adolescents sont pressés à en faire part aux services du collège en vue du meilleur accompagnement possible. Idem pour les parents. Mais ce cas n’est pas une première dans le département : un instituteur avait fait de même, mais il avait dû changer d’école.

La décision du professeur de français ne plaît pas à tout le monde. La direction du collège s’attendait dès le départ à des réactions négatives. L’identité de l’enseignant a même été publiquement dévoilée par des particuliers sur le réseau social Twitter. En fait, ceux-ci ont diffusé le courrier reçu de la part de l’établissement. Ce dernier, signé par la directrice et comprenant deux fautes d’orthographe, a circulé et été abondamment commenté, parfois de façon injurieuse. Le débat sur la théorie du genre a également été relancé sur des réseaux sociaux.

Marlène Schiappa, secrétaire d’État, n’a pas manqué d’intervenir pour prendre la défense de l’individu se trouvant au cœur de la tourmente. Elle dénonce, à la suite d’un député de la majorité, des propos « transphobes » pullulant sur le net. Des poursuites judiciaires sont hautement probables.