PARTAGER

Désenchantement du monde ? Retour du religieux ? Permanence du spirituel ? Les avis des observateurs divergent, à l’instar des convictions de chaque Français. Cependant, force est de constater que le satanisme, une réalité longtemps taboue ou résiduelle, connaît apparemment un véritable boom en France.

Une croissance de 300 % sur trois années

Sémantiquement, le satanisme est la religion de Satan. Il s’agit donc de l’adoration du diable, laquelle suppose paradoxalement l’admission de l’existence de Dieu et – même – de son Église. D’un point de vue théologique et chrétien, le satanisme serait donc pire que l’hérésie ou l’idolâtrie, voire que l’athéisme. Ce serait l’adhésion pure et simple au plan de Lucifer, cet archange déchu qui a refusé par désobéissance les bienfaits divins.

Quoi qu’il en soit des motifs réels des adeptes, les satanistes français avoués étaient 25 000 en 2007. Les quatre cinquièmes ont moins de vingt et un ans. C’est – en valeur absolue – peu, mais cela dénote d’une croissance de 300 % sur trois années. L’augmentation a de quoi donner le vertige, surtout qu’elle semble s’être dans une large mesure maintenue au cours de la décennie suivante. On prête toutefois beaucoup de maux aux mouvements satanistes :

La Miviludes qui surveille les sectes indique que le black metal et le mouvement gothique, profitant d’Internet, sont les principales portes d’entrée vers cette pratique ayant des conséquences réelles : 485 cimetières français profanés en 2010 par des satanistes (contre respectivement 269 et 151 en 2008 et 2007). L’année 2008 a également été l’occasion de 256 suicides ouvertement sataniques de jeunes gens… Rappelons qu’une « Église de Satan » est officiellement née en Californie il y a quelques décennies.

L’occultisme également très en vogue

Des pratiques occultes existent depuis fort longtemps. Elles ont parfois été assimilées à des œuvres du démon. Malgré tout, il se trouve que la France comptait en 2015 dix mille guérisseurs. Les voyants étaient quant à eux quarante mille en 2003… mais ils étaient étonnamment cent mille en 2017. Une croissance exponentielle donnant en 2010 six milliards d’euros de CA réel à ce secteur économique où les charlatans ne sont pas rares. La chasse aux sorcières, c’est terminé depuis longtemps !

Une vidéo vous montrera un exemple de cartomancie :

Le chiffre paraîtra d’autant plus énorme en se figurant qu’il y a en France dix fois plus de voyants professionnels que de psychiatres ou encore de prêtres. Le fisc s’inquiète en outre de la non-déclaration de nombreuses séances de voyance. Ce serait potentiellement près de la moitié des transactions qui ne seraient pas déclarées !

On estime enfin qu’en 2016 deux jeunes Français sur trois s’étaient déjà essayés aux tables qui tournent ou aux verres dits « baladeurs ». La cause en serait le programme Charly Charly lancé en 2015, mais aussi le succès d’artistes ou œuvres d’art liées au spiritisme ou aux forces occultes : Harry Potter, Marilyn Manson, Lady Gaga, Madonna… Quelle sera la tendance des années à venir ? C’est un sujet à surveiller.