PARTAGER

Nous savions déjà estimer notre espérance de vie avec approximation à l’aide de l’étude des traits physiologiques, génétiques, du flux sanguin et d’autres éléments. Ce processus très long pourrait être optimisé par l’intelligence artificielle.

L’IA pour calculer notre espérance de vie

Connaître la date de notre mort serait un avantage pour certains, et un fléau pour d’autres. Si l’on sait déjà plus ou moins l’estimer, cela reste un processus assez long et compliqué à mettre en place à grande échelle. Des chercheurs d’origine russe ont donc mis au point un algorithme entièrement basé sur les capacités de l’intelligence artificielle. Il peut estimer avec plus ou moins de précision l’espérance de vie de chaque individu.

espérance
Crédit photo : Seanbatty – Unsplash

Pour ses estimations, le programme se base sur le suivi des activités présentes sur les appareils connectés du quotidien : smartphones, montres connectées, applications… Des données personnelles précises l’aident ainsi à prédire notre durée de vie.

Un réseau neural pour croiser les informations

L’équipe de chercheurs a fait usage d’un réseau neural afin de trouver des motifs récurrents au sein de données et d’études de santé menées aux États-Unis. De cette façon, l’algorithme peut trouver une corrélation précise entre l’état de santé général et l’espérance de vie. Des données de base sont utilisées, à l’instar de celles issues des podomètres, mais bien d’autres éléments entrent aussi en compte.

espérance
Crédit photo : Wiliam Stitt — Unsplash

Les facteurs que l’algorithme utilise aussi dans ces calculs sont les cycles d’utilisation des appareils, la fréquence des passages en salle de sport, la qualité du sommeil des utilisateurs… Il est possible de tester dès maintenant sa propre longévité avec une application mobile nommée Gero Lifespan. Cependant, aucune information sur le régime alimentaire des utilisateurs n’est prise en compte. Il en est de même pour leurs dossiers médicaux. De ce fait, l’estimation ne peut être parfaite. Enfin, les aléas et les accidents ne sont pas non plus considérés. Cela laisse donc une place de choix à l’imprévu.

Source :

Kulturegeek