PARTAGER

Médiatisé grâce à Internet, le concept de box rencontre un succès indéniable en France depuis près d’une décennie. En profitant des fêtes de fin d’année et des autres occasions d’offrir des cadeaux, plusieurs commerçants ont lancé leur box sur mesure. Hôtels, vacances, restaurants, whisky, vins… Aucun domaine n’est laissé sur la touche ! À présent, c’est la Divine Box mettant en avant l’artisanat monastique qui est distinguée par différents prix.

Que réserve la Divine Box ?

Les monastères ont généralement, en France, la réputation de faire de jolies ou de bonnes choses. Mais pas toujours bon marché… C’est en surfant sur ce lieu commun de l’opinion publique française que le concept de la Divine Box est né. Après tout, on doit aux religieux l’armagnac (et, partant, le cognac) ainsi que la chartreuse, entre autres inventions majeures !

La Divine Box souhaite mettre en avant la qualité de l’artisanat monastique par son côté gourmet et gourmand. C’est une box appartenant au segment de l’épicerie fine. Elle prend un rythme mensuel en adoptant un thème particulier chaque mois. Quelques exemples : mois apéro, vigne, chocolat, bière… Il en existe deux versions : une pour les « curieux », avec 5 articles (sauf exception), et l’autre comprenant 7 produits (normalement) pour les « gourmands ». À titre d’exemple, voici une présentation du coffret consacré aux bières trappistes :

Les abonnements peuvent être souscrits pour un ou deux trimestres. Il est également possible d’acheter une seule Divine Box sans engagement sur la durée. Pour chaque élément compris dans la box, un petit texte vient décrire ce dont il s’agit ainsi que le mode de fabrication, sans oublier la description du monastère qui en est à l’origine.

Déjà plusieurs récompenses

Il y a quelques jours, la 3e occurrence de l’événement Pitch My Church avait lieu. Il est co-organisé par le Collège des Bernardins et le collectif Église et Innovation numérique. À cette occasion, la Divine Box a remporté deux prix : celui du public et celui des Bernardins. Et c’est vrai que 45 secondes de présentation suffisent à nous mettre l’eau à la bouche :

C’est une première consécration pour une aventure commerciale lancée à Paris par deux jeunes gens. Il s’agit d’un frère et de sa sœur. Côme Besse est passé par HEC, école de commerce où il aura appris les méthodes commerciales qu’il met désormais en œuvre. Nous ne pouvons que souhaiter bonne chance à cette façon de consommer autrement !

Par le passé, la Divine Box a déjà été remarquée par de grands médias, comme Le Figaro magazineLes ÉchosLe Parisien et Femme actuelle. Un bon début !

Source :

RCF