PARTAGER

Un motard de la police a compilé les perles des automobilistes qu’il arrête dans son livre intitulé “Les bonnes excuses des mauvais conducteurs”

L’heure est décidément aux perles. Après la publication tout récemment des perles du 18 par un ancien pompier volontaire, voilà qu’un motard de la police dévoilera ce jeudi 28 mai les bonnes excuses des mauvais conducteurs.

Alexandre Despretz est un motard au sein de la préfecture de police à Paris et en Île-de-France. Depuis 11 ans, il arpente les routes parisiennes sur sa moto de la police nationale, traquant les conducteurs en infraction. Par chance, on peut le dire, il a scrupuleusement inscrit sur un calepin un millier de perles et d’anecdotes tirées de sa propre expérience au cours de ses patrouilles ou de celle de ses collègues.

Le livre décrit : “Anecdotes, drôleries involontaires, mauvaise foi et fausses excuses sont leur régal journalier et le vôtre à partir de maintenant, moyennant ces centaines de répliques chocs, décalées mais toujours savoureuses, prononcées avec aplomb par les mauvais conducteurs.”

Voici quelques extraits du livre Les bonnes excuses des mauvais conducteurs :

“Bonjour, vous avez bu?, demande le policier.
– Non, juste une cuillère.
– Regardez-vous, vous ne tenez pas debout.
– Mais moi, Monsieur, je conduis assis.”

« Si je suis positif à votre truc, ce sera sûrement à cause de l’alcool contenu dans le bœuf bourguignon… »

« Heureusement que je me suis fait flasher, ça m’a réveillée. Je commençais à m’endormir. »

Un homme avec plus de 2g/l d’alcool dans le sang : “Je ne comprends pas, je n’ai pas bu depuis quatre ans. Je suis sûr que c’est parce que j’ai travaillé dans une imprimerie. On n’utilise de l’alcool à brûler et j’ai dû trop en inhaler…”

Après un contrôle positif, un quinquagénaire se défend : «Oui, mais c’est le médecin qui m’a prescrit de boire deux bières par jour pour faire fonctionner mon nouveau foie.»

“Je suis au téléphone avec ma mère, elle est morte”

“Bonjour monsieur. Pourquoi vous ne mettez pas la ceinture ?” “Parce que j’ai mal aux dents”.

“S’il vous plaît, c’est peut-être notre dernière année sur terre. Ne me faites pas de PV”.

“J’ai la gangrène dans ma jambe de gauche, alors c’est difficile d’utiliser la pédale correctement pour arriver à faire un arrêt…”

« Je vous jure sur la tête du Code de la route que j’ai pas vu le feu rouge. »

« Je suis passé à l’orange écarlate. »

«Vous roulez un peu vite, monsieur !» «Oui, mais j’ai des surgelés dans le coffre.»

“C’est mon premier PV depuis 22 ans, vous pouvez m’en faire un petit s’il vous plait ?”

“Les gens sont dangereux sur la route, ils ne respectent plus les limitations de vitesse, ils sont en-dessous”

“Je roule vite pour récupérer du temps que je n’ai pas perdu”

“Le plus dangereux sur la route? C’est mon ex-femme”.

« Tous les mois, j’aère mon moteur… »

“Accélérer, tout le monde sait faire, c’est freiner le plus dur”

Un feu rouge grillé ? Non! Juste un feu “tricolore”

“Je ne téléphone pas. On m’appelle”.

“Vous demeurez où Monsieur ?” “Vous ne me traitez pas de demeuré!”

Crédit photo principale : Wikimedia – Pablo029