PARTAGER

Les perles entendues au standard des pompiers

On connaissait les perles du bac qui, chaque année, nous font sourire. On avait déjà vu les citations hilarantes des patients d’un médecin, mais personne n’avait encore rassemblé les conversations téléphoniques des pompiers.

Gilles Daïd, un ancien pompier volontaire et ancien opérateur pour les sapeurs-pompiers a compilé dans un livre les plus belles perles qu’il a entendues lui et ses collègues lors de ses longues journées et nuits de garde passées au téléphone. Ce pompier a notamment exercé le métier d’opérateur CTA (centre de traitement de l’alerte) au sein du service départemental d’incendie et de secours des Pyrénées-Atlantiques, à Pau. C’est entre autres ici qu’il a relevé quelques citations très cocasses.

Le pompier devenu auteur précise que “cette unité reçoit environ 160 000 appels par an pour un peu plus de 35 000 interventions sur le terrain.”

Voici donc quelques extraits du livre Les perles du 18

Mon mari est sous respirateur artificiel. Comme il est devenu très bruyant, je voulais savoir si je peux le débrancher pour la nuit ?

On est en randonnée sur le GR10, au sentier des Crêtes. On pique-niquait et mon beau-frère s’est fait mordre par un petit serpent. On l’a allongé, mais il ne se sent pas très bien. On doit faire quoi, on n’a rien pris : pas de trousse de secours, pas d’aspi-venin… vous nous conseillez de le sucer ou bien ?

Je vous téléphone pour avoir des nouvelles de mon voisin. On me dit qu’un médecin est venu hier soir et que vous l’avez transporté ensuite à la morgue. Alors, dites-moi, c’est grave ce qu’il a ?

Le petit papy est coincé dans l’ascenseur en panne. Surtout, si vous venez, passez par l’escalier.

Nous sommes une famille de quatre personnes, tous non-fumeurs. Est-ce qu’on doit quand même installer un détecteur de fumée ?

Bonjour, c’est le collège Jules Ferry. On a un gamin qui est tombé au gymnase. Apparemment, il s’est lustré l’épaule.

– Vous êtes à quelle adresse Mademoiselle, quelle ville, quel arrêt de bus ?
– On est à Pau, mais je ne connais pas l’adresse. Je ne suis pas d’ici.
– Donnez-moi le nom de l’arrêt de bus alors…
– C’est écrit : “JC Decaux”.

Combien ça coûterait pour qu’une ambulance de chez vous vienne nous chercher dimanche matin, vers 7 heures, à la sortie du Macumba ?

Les pompiers, j’écoute…
– Ouais, allô, venez vite, boulevard Voltaire, y’a un mec à vélo qui s’est pris une bagnole!
– A l’arrêt ?
– Euh… non… à la tête.

J’ai fait une chute à ski hier. Depuis j’ai une douleur intercoïtale.

Mon père se déplace avec difficulté depuis qu’il s’est cassé le col de l’utérus l’année dernière.

Je m’excuse de vous déranger mais je suis sur l’autoroute en direction de Bayonne. Je suis sur la bande d’arrêt d’urgence. Je viens de m’apercevoir que j’ai oublié mon fils à la station-service. Est-ce que je fais marche arrière ou bien vous me le ramenez ?

C’est pas méchant. Ça saigne quasiment pas. C’est vraiment un petit trou de balle. On peut à peine y mettre un doigt !

J’appelle pour remercier vos collègues qui ont participé au décès de mon épouse hier après-midi. Ils ont été remarquables. Ça fait du bien dans ces circonstances.

– J’ai été opéré cet hiver de la tyrolienne.
– Vous voulez dire de la thyroïde ?
– Non, pas de la typhoïde. La tyrolienne, je vous dit !

Vous imaginez ? C’est le deuxième accident mortel que je subis en moins d’un an !

Ici, l’imprimerie Legrand. On a deux employés qui sont coincés depuis trente-cinq minutes dans le local de reproduction ! Impossible de les faire sortir !

Est-ce que je peux vous passer mon fils ? Ce petit con redouble sa 5e et ne fout rien au collège. Vous pourriez lui dire que, s’il continue comme ça, il va finir pompier à s’occuper de la merde des autres ?

Je vous envoie une ambulance. En attendant, pouvez-vous faire un point de compression sur la plaie ?
– Eh, oh… Je le connais pas ce type ! Pourquoi vous voulez que je lui fasse mal ?

– Avez-vous des antécédents médicaux ?
– Non… je suis tout seul avec mon chien.

Venez vite, s’il vous plaît je me suis suicidé.

La sortie du livre a été repérée par l’équipe des Grosses Têtes sur RTL :

Les perles du 18, Gilles Daïd, éditions Tut-tut, 9,90 euros.

Crédit photo principale : Wikimedia – GeeJo