Le Centre d’opérations conjoint à l’intérieur de Fort Meade, dans le Maryland, est une cathédrale de la cyberguerre. Faisant partie d’un complexe de plus de 35 000 m² ouvert en 2018, le bureau est le centre névralgique du Cyber Command américain et de la National Security Agence.

Des groupes de civiles et de soldats travaillent derrière des dizaines d’écrans d’ordinateur sous une banque de petites fenêtres qui aspergent la pièce de lumière. Trois écrans de 6 m de haut sont montés sur un mur sous les fenêtres. La plupart du temps, deux d’entre eux crachent un flux constant d’un programme secret appelé « Projet IKE ».

Un bond avant radical

La salle n’a pas l’air différent d’un auditorium gouvernemental standard, mais IKE représente un bond en avant radical. Si le centre est l’incarnation physique d’une nouvelle ère de la cyberguerre, l’art d’utiliser le code informatique pour attaquer et défendre des cibles allant des chars aux serveurs de messagerie, IKE est le cerveau.

Voici la présentation de ce lieu en anglais :

Il suit chaque frappe effectuée par les 200 combattants travaillant sur des ordinateurs exceptionnels. Il peut exécuter automatiquement des chaînes de programmes et s’ajuster constamment à mesure qu’il absorbe des informations.

L’IA est l’avenir

IKE est bien loin de la décennie précédente de cyberopérations, une période de combat manuel qui impliquait les outils les plus banals. L’espoir de la cyberguerre est qu’elle ne prendra pas simplement le contrôle des avions et des navires d’un ennemi, mais qu’elle désactivera également les opérations militaires en réquisitionnant les ordinateurs qui font fonctionner les machines.

Le concept a évolué depuis la tristement célèbre frappe américaine et israélienne contre le programme nucléaire iranien avec un logiciel malveillant connu sous le nom de Stuxnet, qui a temporairement paralysé la production d’uranium à partir de 2005.

Source :

Ne ratez plus les news les plus insolites et lifestyle grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici