PARTAGER

Métro, boulot, dodo… Et encore faut-il y ajouter les enfants, l’école, le sport, les loisirs, les comptes, les tâches ménagères, etc., etc. Avoir charge de famille n’est plus chose évidente en soi, si bien que de nombreuses mamans se plaignent de la difficulté à supporter la vie moderne qui semble s’accélérer sans cesse. Le stress est omniprésent, et pas uniquement au travail. Pour ne pas avoir à se rattraper avec la cigarette ou des antidépresseurs… il semblerait que la solution soit de faire des enfants !

À partir de quatre enfants, tout irait mieux

De nos jours, il n’est pas rare de croiser des personnes ne souhaitant pour rien au monde avoir le moindre enfant… Si c’est plus courant chez les hommes, les femmes sont également concernées, même si l’on peut finir par changer d’avis sur le tard. Pareillement, avoir plus de deux enfants est parfois perçu comme une curiosité. Pourtant, les familles nombreuses et même très nombreuses existent encore, quoiqu’elles ne soient guère majoritaires. Rares sont en effet les foyers à comprendre treize personnes comme celui-ci :

Si on tend à considérer en France qu’une famille est nombreuse à partir de trois enfants seulement, l’étude qui nous intéresse aujourd’hui situe la barre à quatre bambins. Il s’agit d’une enquête américaine réalisée sur un panel de sept mille mères de famille aux États-Unis. Et les résultats montrent que les mamans de quatre enfants ou plus sont moins stressées que les autres. En bref, plus on a d’enfants et plus on serait heureux !

Quelles conclusions en tirer ?

Face aux données de l’enquête menée par Today, les interprétations peuvent varier. D’une manière générale, on peut cependant dire que la mère d’une famille nombreuse est plus souvent au foyer où elle peut s’occuper des enfants comme elle le souhaite. Le stress professionnel disparaîtrait ainsi de cette façon. De même, dans les sociétés actuelles, avoir beaucoup d’enfants est un véritable choix, de sorte que ces femmes le font par désir et sont plus à même de s’épanouir. À l’opposé, certaines mères aimeraient pouvoir vivre la même vie, mais elles s’en sentiraient empêchées par leur environnement ou les réticences de leur compagnon.

Pour information, on recensait en 2016 près de deux millions de familles nombreuses (trois enfants ou plus) en France :

Kelley Kitley, une psychothérapeute, a parallèlement expliqué au média nord-américain Motherly qu’une entraide familiale essentielle se mettait plus facilement en place dans les familles nombreuses. Ainsi, la maîtresse de maison se retrouve aidée par ses aînés dans toutes les tâches du quotidien. La fratrie est également soudée, et l’individualisme moins présent dans le foyer. En outre, il semblerait que les enfants issus de familles nombreuses soient plus débrouillards et autonomes que le commun des mortels. La vie à la campagne, enfin, serait moins stressante que l’habitat urbain. À méditer !

Source :

Au féminin