PARTAGER

L’église Saint-Georges est un petit joyau architectural du centre de la capitale des Gaules. Bien situé dans le 5e arrondissement de Lyon, l’édifice avait fait l’objet d’importants travaux vers 1971. La mairie avait alors refait la toiture et consolidé le lieu de culte. Mais la question du grand orgue était resté en suspens… jusqu’à aujourd’hui. Grâce au soutien de mécènes, l’archidiocèse de Lyon devrait pouvoir mener à bien la rénovation d’un orgue demeuré muet de longues décennies.

Des orgues exceptionnelles

L’église Saint-Georges se trouve sur la rive droite de la Saône, l’un des deux majestueux cours d’eau arrosant la ville de Lyon. Il s’agit d’un bâtiment de style néogothique, du XIXe siècle, facilement reconnaissable par sa belle couleur blanche. Ce lieu de culte intimiste du 5e arrondissement se trouve en contrebas de la basilique de Fourvière, au sommet de la colline, qui accueille de nombreux pèlerins et visiteurs. Les deux édifices ont d’ailleurs été dessinés par le même architecte : Pierre-Marie Bossan.

C’est cet architecte qui a pensé la tribune et le buffet du grand orgue aujourd’hui muet. Ce dernier a été réalisé en 1862 par un facteur d’orgue de Paris : la société Merklin-Schütze. L’église Saint-Georges n’ayant été achevée qu’en 1870, il a fallu attendre 1873 pour que Joseph Merklin installe sur place ces grandes orgues, après les avoir préalablement légèrement agrandies. Dès lors, leur musicalité a enchanté les Lyonnais.

Une restauration difficile

Si l’orgue se tait depuis 1971, une association a été créée pour lui dès 2005. Il s’agit des Amis de l’orgue de Saint-Georges : l’AMORSAGE. En 2016, ce projet associatif a été relancé par le nouveau curé de la paroisse, à savoir l’abbé Hugues de Montjoye. Principalement grâce à des contributions de particuliers, la rénovation devrait être effective entre juin 2018 et l’été 2019 :

La restauration sera assumée par Michel Gaillard, l’un des rares facteurs d’orgue de notre temps, accompagné de la société spécialisée ORGANOTECH. Divers bénévoles de l’association AMORSAGE apporteront leur aide dans la manutention. Une telle rénovation est toujours délicate, demandant une grande expertise. C’est une occasion passionnante de faire bien attention au système si bien pensé de cet instrument de musique hors du commun… Le tout nécessite quand même la coquette somme de 144 000 euros environ. Donc rendez-vous fin 2019 pour écouter de belles mélodies !

Source :

CredoFunding