PARTAGER

Aujourd’hui, les produits (crèmes, huiles, soins, etc.) visant à éclaircir la peau sont formellement interdits en France. Pourtant, cela n’empêche pas certaines enseignes de continuer à les vendre. À Paris, on estime que 20 % des femmes d’origine africaine ont recours à ce type de produit, dans l’objectif de se blanchir la peau.

Source : Jessica001234 – Pixabay

Une composition dangereuse

Entre 2014 et 2016, on estime que près de 150 références de produits ont été saisies par la DGCCRF (ou Direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes). Pourtant, des crèmes de marques diverses (CaroWhite, par exemple) sont encore en vitrine dans certains établissements spécialisés.

Ces « soins » contiennent des substances néfastes et considérées comme à « haut risque » quand elles sont utilisées de manière inappropriée. On retrouve ainsi, dans la composition : du mercure, de l’aide salicylique, de l’hydroquinone, des corticoïdes, etc.

Des complications cutanées parfois sévères

Ces différents procédés sont très agressifs pour la peau. En éclaircissant légèrement cette dernière, ils peuvent provoquer des vergetures et favoriser l’apparition d’infections diverses. Dans près de 7 cas sur 10 (soit 70 % de la population), des effets secondaires apparaissent. Les risques répertoriés sont les suivants :

  1. Infections de la peau : mycoses, gale, infections bactériennes variées
  2. Atrophie de la peau : cette dernière devient plus fragile et moins épaisse. Elle cicatrise beaucoup plus lentement.
  3. Vergetures : 44 % des utilisatrices voient ces grandes marques blanches apparaître. Elles sont irréversibles.
  4. Acné sévère : elle touche une utilisatrice sur deux. Si vous souffrez déjà d’acné, ces soins peuvent l’aggraver brutalement.
  5. Taches : brunes ou plus claires, qui peuvent ne plus jamais partir.
  6. Hyperpilosité : des poils apparaissent sur certaines parties du corps, anciennement imberbes ou peu encombrées par les poils.
  7. Hypertension : pouvant être provoquée par la consommation de corticoïdes (même après application cutanée).
  8. Maladies rénales : notamment à cause du mercure – même si ce dernier est présent en faibles doses, cela suffit.
  9. Augmentation des risques de cancer de la peau : ces soins affaiblissent la peau et ses défenses face aux rayons UV du soleil. Cette agression quotidienne augmente ainsi les risques d’apparition de mélanomes, qui peuvent se montrer très agressifs.

Si vous voyez ce genre de produits en vente dans des instituts, n’hésitez pas à prévenir la DGCCRF ou tout autre organisme spécialisé.

Source :

e-santé