PARTAGER

Cette histoire drôle et loufoque trouve son origine dans un canular littéraire ayant germé dans l’esprit de Serge Volle (un écrivain ardéchois) et d’un autre auteur – apparemment connu – ayant préféré rester anonyme.

Jill111 – Pixabay

Un livre qui ne pourrait plus marcher aujourd’hui

Au fil de leurs discussions, l’un des deux amis a expliqué penser que Claude Simon, un prix Nobel de littérature de 1985, ne pourrait plus être édité aujourd’hui. Après cette discussion, Serge Volle a décidé de faire une petite expérience.

Il a ainsi envoyé le manuscrit de Claude Simon à 19 maisons d’édition, toutes tailles confondues (des petites récentes, des moyennes et des références dans le domaine). Résultat : après 6 mois d’attente, seulement 12 maisons d’édition ont bien voulu répondre à cet envoi. Serge Volle a ainsi reçu 12 refus, tandis que les 7 autres maisons n’ont même pas daigné répondre.

Les raisons de ces refus ? Des « phrases sans fin » et des « personnages mal dessinés ».

Un canular pour dénoncer les comités de lecture

Interrogé par France Inter, Serge Volle a tout de même tenu à expliquer ce qui avait motivé cette blague. Ce dernier avait ainsi le souhait de « sonder la qualité de ceux qui président aux comités de lecture dans les petites et grandes maisons d’édition ». Il déplore ainsi l’évolution de la littérature (qui a bien évolué depuis 1985) et reproche à cette nouvelle génération de préférer le concept du « livre jetable ».

En tout cas, nous ne sommes pas sûrs que Claude Simon apprécierait cette nouvelle littérature, s’il était encore en vie. Pour rappel, l’auteur est mort en 2005, à l’âge honorable de 91 ans.

Source :

7sur7.be