PARTAGER

Il y a deux ans, Hugo Duval avait créé Breen et reçu en mai dernier la médaille d’or du concours Lépine. Le grand salon de l’innovation événementielle de Paris le 14 et 15 novembre est l’occasion pour lui de présenter son catalogue et ses nouveaux produits. On pourra trouver notamment une chaise de congrès et un transat dédié aux festivals, et ce, en carton.

L’entreprise et son catalogue de meubles en carton hors du commun

Parmi les produits proposés par l’entreprise, on trouve son produit phare : le tabouret. Dans ses locaux situés dans la ville du Mans, Hugo Duval fait la démonstration de son produit. Très rapide à monter (quelques secondes suffisent) et très léger (500 grammes seulement), il est facilement transportable. Le tabouret est le résultat de plusieurs astuces judicieusement brevetées et peut donc supporter un poids de « 340 kilogrammes en poussée verticale ».

L’unique matériau utilisé par le « concepteur de produits industriels de A à Z depuis vingt ans » est le carton recyclé (et recyclable). Il inclut donc un impact environnemental très faible lors de sa fabrication et s’inscrit dans une démarche écologique, sociétale et solidaire selon son créateur, pour qui l’innovation n’est pas forcément numérique ou technologique.

Le projet est en cours d’incubation

Avec un début de parcours fait de récompenses, prix et labels, le concept de meubles en carton fait parler de lui. D’autant plus qu’il est le lauréat du concours Lépine de cette année. Un titre certes prestigieux, mais qui reste insuffisant pour permettre de concrétiser la commercialisation du concept. De ce fait, son créateur l’a implanté au sein d’un incubateur de start-up du nom de « Le Mans développement ».

Ainsi, après une période de prototypage de deux ans et demi, Hugo Duval entre dans une phase de transition. Cette dernière consiste à trouver des marchés, et positionner et optimiser ses produits. L’objectif est d’atteindre un chiffre d’affaires de 150 000 euros en 2017 (contre 70 000 en 2015). Et ensuite, atteindre 400 000 euros dès l’année prochaine. L’entrepreneur espère atteindre les sommets et un chiffre d’affaires de 1,3 million d’ici cinq ans. Et le tout, au moyen d’une levée de fonds d’un montant de 200 000 euros.

Source :

Ouest-France

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz