PARTAGER

Les images d’extrême violence de la fusillade de la pizzeria Casa Nostra ont été achetées par le Daily Mail 50.000€.

Lundi soir, dans l’émission du Petit Journal de Canal +, Djaffer Ait Aoudia, un journaliste indépendant qui a travaillé pour France 2, Marianne, Arte et Mediapart, était présent sur le plateau de Yann Barthès pour un raison bien particulière. En effet, celui-ci a fait des révélations très troublantes sur le patron de la pizzeria Casa Nostra, dans le 11ème arrondissement de Paris. Cet établissement a récemment fait parler de lui suite à la diffusion par le Daily Mail des images de la fusillade filmées par les caméras de vidéosurveillance, suite aux attentats du 13 novembre

Djaffer Ait Aoudia réalisait depuis le samedi 14 novembre le portrait du patron. Devant Yann Barthès, il explique qu’il n’attirait pas l’attention des journalistes du Daily Mail venus négocier l’achat des images exclusives de la fusillade. “Je faisais partie des meubles” dit-il. Pourtant, Djaffer Ait Aoudia a filmé en caméra cachée la scène, sur laquelle on peut voir le restaurateur compter les billets. “Il y avait une certaine proximité qui s’était établie, on est kabyle tous les deux”, explique le journaliste. “Mais ça s’est passé à son insu.”

Pour visionner précisément le passage de l’émission qui traite de la négociation de la vente des images, reportez-vous directement à 16 min 48 sec dans la vidéo ci-dessous :

Le patron de la pizzeria a donc finalement réussi à négocier les images “exclusives” à 50.000 euros aux journalistes anglais du Daily Mail. Selon Djaffer Ait Aoudia, la négociation a débuté à 12.000 euros, avant de monter à 20.000, puis 28.000 et enfin atteindre la somme de 50.000€. La négociation aurait duré près de 12 heures dans la cave du restaurant. Sur les images, on voit que la somme a été payée en cash, avec des billets de 50€, sept personnes ayant dû réunir l’argent au total.

Pour s’assurer de l’exclusivité des images, les journalistes anglais ont ensuite détruit le disque dur sur lequel se trouvaient les images de vidéosurveillance, qui avaient été au préalable décryptées par un “hacker” appelé en urgence tout spécialement. En effet, ces images sont cryptées par la police pour d’éventuelles enquêtes.

Des images de l’assaut du RAID à Saint-Denis vendues à la sauvette

Dans la vidéo ci-dessus, vous pouvez voir juste avant l’intervention de Djaffer Ait Aoudia que “Le Petit Journal” avait diffusé un sujet sur le même thème. Avec des sommes beaucoup moins élevées, on pouvait voir dans le reportage des jeunes de Saint-Denis négocier puis vendre à des journalistes des vidéos filmées avec leur smartphone lors de l’assaut mené par le RAID dans un appartement le 17 novembre. On croirait presque revoir des scènes du film Night Call.

Selon Guillaume Dubois, directeur général de la chaîne BFMTV, interrogé par arretsurimages.net, la vidéo du Daily Mail aurait aussi été proposée à BFMTV, pour la même somme: “Il y a des gens qui nous ont demandé 50.000 euros pour telle vidéo, celle de la vidéosurveillance qui a été achetée par des Anglais.”