PARTAGER

Les critères de beauté sont en perpétuel changement, mais on assiste actuellement à un effet de mode inhabituel voire incongru : le culte de la blancheur de peau.

C’est le paradoxe de ce début de millénaire. Aujourd’hui plus qu’hier, on peut très facilement aller au bout du monde en quelques heures. Prendre l’avion n’a jamais été si simple et les compagnies low-cost mettent le soleil à portée du plus grand nombre.

Et pourtant, étonnamment, depuis quelques années, la mode n’est plus au bronzage. On peut s’en apercevoir en ouvrant n’importe quel magazine beauté, les mannequins ont la peau claire, voire légèrement hâlée mais le teint caramel n’est plus de mise. Comment expliquer ce phénomène ? Pour le comprendre, un retour en arrière est nécessaire…
 

Petite histoire de la blancheur

Jusqu’à une époque très récente, en Occident comme dans bon nombre de pays d’Orient, avoir une peau blanche était l’apanage des plus hautes catégories de la société. En effet, seuls ces membres de la classe dominante, n’ayant pas besoin de travailler pour vivre, pouvaient rester éloignés des rayons du soleil. Les autres avaient quant à eux, la peau tannée par la vie en plein air et a fortiori par les travaux des champs.

Et pour préserver ce teint de lait, synonyme d’aisance sociale, les femmes recourraient à de nombreux accessoires : voiles, chapeaux, ombrelles et bien sûr l’incontournable poudre de riz.

Publicité sur la blancheur de peau en Asie

Le premier changement s’est opéré au tournant du siècle quand les femmes ont commencé massivement à travailler pour remplacer les hommes partis faire la guerre mais c’est l’arrivée des congés payés en France en 1936 qui va changer profondément la donne. Avec eux naît la civilisation des loisirs et le plus grand nombre découvre les joies des bains de mers jusque là réservés à un tout petit nombre. La France se déshabille et, progrès social oblige, l’Europe avec elle. Les premiers maillots de bains apparaissent. Commence alors l’ère du bronzage.

À lire aussi : Le facekini, le maillot de bain pour le visage qui fait fureur en Chine

Les années bronzage

Toute une génération s’est ainsi exposée joyeusement au soleil avec des solutions maison parfois hasardeuses pour en augmenter les effets comme l’huile de cuisine ou même la fameuse graisse à traire. La jeune industrie cosmétique s’est emparée du sujet et les produits proposés se sont multipliés, de la crème solaire aux gélules activatrices de bronzage en passant par les séances d’UV,… Tout le monde était de la même couleur caramel, des filles des magazines à celles de la rue.

Avec le recul de trois générations, le soleil n’est pas forcément si positif et trop s’exposer revient à augmenter les risques de cancer de la peau et à coup sûr à en accélérer le vieillissement. Et aujourd’hui, on assiste à un véritable revirement.

Publicité sur la blancheur de peau en Afrique

Le grand retour du blanc

Outre les marques qui n’hésitent pas à prôner le culte de la blancheur (non sans provoquer des scandales), on observe sur internet une vague de blogueuses qui poussent leurs fans au retour au blanc. L’une de ses plus grandes prêtresses est Chriselle Lim. Cette américaine est une des youtubeuses beauté, mode et Lifestyle les plus influentes et compte des centaines de milliers de followers.

Chriselle Lim est d’origine coréenne, issue d’une culture où la blancheur du teint, l’aspect hydraté et rebondi de la peau sont des atouts beauté des femmes au même titre qu’un petit nez et une bouche de poupée.

Avec son teint diaphane elle est en phase avec une société qui se préoccupe aujourd’hui de la réduction des effets du temps et ses vidéos proposent chaque semaine des tutoriels de routines de soins pour prendre soin de ce qui est le plus grand organe du corps humain.

Comme souvent sur Internet où tout va très vite, Chriselle Lim n’est pas un cas isolé, il suffit de se promener sur la blogosphère pour en avoir la certitude : le retour au blanc est décidément amorcé !

Commentaires