PARTAGER

Sergueï Prokoudine-Gorski est un photographe génial. Non seulement il savait trouver des angles pertinents, mais il a également mis au point une technique photographique originale. Et pour cause : ses premières photographies en couleurs dateraient selon certaines sources de 1896 ! Cela nous permet de découvrir différents lieux de la Sainte Russie, pouvant d’ailleurs être comparés à ce qu’ils sont devenus aujourd’hui. À plus d’un siècle de distance, l’émerveillement nous est garanti.

Le génie de Prokoudine

Sergueï Prokoudine-Gorski est né en 1863 dans une famille d’industriels russes. Il est l’un des premiers à avoir conçu une technique photographique en couleurs, quelques années avant les frères Lumière. Passionné par la photographie, il est avant tout chimiste de formation. Ses prouesses lui ont valu d’être remarqué par le tsar Nicolas II. Son œuvre est une source iconographique de premier choix pour connaître la Russie d’avant 1917, année des deux révolutions qui firent basculer le pays dans le bolchevisme.

Le photographe russe doit l’acuité de sa technique aux cours qu’il a pris auprès d’Adolf Miethe en Allemagne. C’est à partir de 1903 que Prokoudine-Gorski se lance dans de grands voyages pour photographier monuments, populations et paysages de toutes les Russies. Sa première excursion concernerait la Finlande. Voici un petit diaporama consacré à son œuvre :

Aujourd’hui, le plus difficile est d’établir la chronologie des différents clichés conservés. Seuls quelques déplacements sont connus avec une précision certaine : Daguestan, littoral de la mer Noire, région de Saint-Pétersbourg, Caucase, Crimée… Quoi qu’il en soit, la puissance des couleurs de ces œuvres est particulièrement marquante.

Après la crise de 1905 en Russie, la Grande Guerre marque un nouvel arrêt pour les entreprises de Prokoudine. Enfin, l’année révolutionnaire 1917 le contraint à émigrer avec toute sa famille pour la France. Il meurt à Paris en 1944, après avoir pu rapatrier une partie de ses photographies restées en URSS, avec le concours des autorités soviétiques.

Des clichés magnifiques

La collection privée que Prokoudine-Gorski a pu reconstituer dans l’entre-deux-guerres a été rachetée en 1948 par la Bibliothèque du Congrès. Conservée aux États-Unis, elle peut cependant profiter à tous les internautes grâce à une campagne de numérisation amorcée en 2001.

Certains sites Internet, le plus souvent en langue russe, proposent de mettre des photographies du début du siècle dernier avec leurs homologues d’aujourd’hui. On peut ainsi voir comment certains paysages ont pu être dénaturés ou largement modifiés. Dans certains cas, c’est le contraire : des monuments ont pu être restaurés ou des marécages dominés. Pour plusieurs monuments, c’est une impression d’éternité qui se dégage, comme s’ils étaient à l’abri du temps. On trouvera en tout cas de quoi s’en mettre plein la vue !

Le village de Kolchedan dans l’Oural photographié en 1912 par Prokoudine-Gorski. Source : Library of Congress, Wikimedia Commons

Aujourd’hui, les photos en couleurs nous paraissent normales. À défaut de nous faire voyager dans le temps, elles nous permettent de découvrir des contrées lointaines, comme avec le tour du monde de Nina.